Si j’étais le diable…

 

 

devil-2708544_640

Si j’étais le diable, si j’étais le prince des ténèbres, je voudrais plonger le monde entier dans les ténèbres et je disposerais d’un tiers de ses biens immobiliers et des quatre cinquièmes de sa population, mais je ne serais pas heureux jusqu’à ce que j’ai saisi la pomme la plus mûre sur l’arbre, Toi.

Je me préparais donc cependant à prendre le contrôle des États-Unis. Je subvertirais les églises en premier. Je commencerais par une campagne de chuchotements. Avec la sagesse d’un serpent, je te murmurerais comme je chuchotais à Eve: « Fais comme tu veux. »

Aux jeunes, je dirais que la Bible est un mythe. Je les convaincrais que l’homme a créé Dieu au lieu de l’inverse. Je confierais que ce qui est mauvais est bon et ce qui est bien, c’est «carré». Et aux anciens, j’apprendrais à prier après moi: «Notre Père qui est à Washington».

Et puis je m’organiserais. J’éduquerais des auteurs sur la façon de rendre la littérature sournoise excitante de sorte que toute autre chose apparaisse terne et sans intérêt. Je ferais en sorte que la télévision paraisse pire que les films, puis que les films paraissent pires que la télévision dans un cercle vicieux qui ne fait que s’aggraver. Je colporterais des stupéfiants à qui de droit. Je vendrais de l’alcool à des dames et des messieurs distingués. Je tranquilliserais le reste avec des pilules.

Si j’étais le diable, j’aurais bientôt des familles en guerre avec elles-mêmes, des églises en guerre avec elles-mêmes et des nations en guerre avec elles-mêmes jusqu’à ce que chacune soit à son tour consumée. Et avec des promesses de notes plus élevées, j’aurais des médias hypnotisants attisant les flammes.

Si j’étais le diable, j’encouragerais les écoles à perfectionner leurs jeunes esprits, mais à ne pas discipliner leurs émotions. Laissez ces personnes se déchaîner jusqu’à ce que, avant de vous en rendre compte, il vous faudrait des chiens détecteurs de drogue et des détecteurs de métaux à chaque porte de l’école. Dans une décennie, les prisons seraient débordées. J’aurais des juges pour promouvoir la pornographie. Bientôt, je pourrais expulser Dieu du palais de justice, puis de l’école, puis des chambres du Congrès. Et dans ses propres églises, je substituerais la psychologie à la religion et déifierais la science. Je voudrais inciter les prêtres et les pasteurs à abuser des garçons et des filles et de l’argent de l’église. Si j’étais le diable, je ferais du symbole de Pâques un œuf et du symbole de Noël une bouteille.

Si j’étais le diable, je prendrais à ceux qui ont et je donnerai à ceux qui veulent, jusqu’à ce que j’ai tué l’incitation des ambitieux. Et qu’allez-vous parier que je ne pourrais pas amener des États entiers à promouvoir le jeu comme moyen de s’enrichir. Je voudrais mettre en garde contre les extrêmes dans le travail acharné, le patriotisme, la conduite morale. Je voudrais convaincre les jeunes que le mariage est démodé, que balancer est plus amusant, que ce que vous voyez à la télévision est la voie à suivre. Ainsi, je pourrais vous déshabiller en public et je pourrais vous attirer au lit avec des maladies pour lesquelles il existe pas de remède.

— Paul Harvey, 1965

Paul Harvey publie en 1965 l’un des monologues les plus étonnants jamais enregistrés. Près de 50 ans plus tard, tout ce que Paul Harvey avait dit que le diable devrait faire pour gouverner le monde c’est accompli. Paul Harvey n’était pas un prophète et ses paroles n’étaient pas prophétiques. Comment alors 100% de ce qu’il a dit en 1965 s’est-il réalisé? Peut-être que le diable lui-même a écouté l’émission… ce que vous allez lire lira sans aucun doute quelques sourcils et la chair de poule. Amuse-toi… ou plutôt, sois consterné par le reste de l’histoire!

Paul Harvey Aurandt (4 septembre 1918 – 28 février 2009), mieux connu sous le nom de Paul Harvey, était un radiodiffuseur américain des réseaux de radio ABC. Il a diffusé News and Comment les matins et les midis de semaine et les samedis de midi, ainsi que ses fameux segments The Rest of the Story. De 1952 à 2008 (56 ans), ses programmes rejoignaient jusqu’à 24 millions de personnes par semaine. Paul Harvey News a été diffusé sur 1 200 stations de radio, 400 stations du réseau des forces américaines et 300 journaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.