Je viens du soleil

 » Des enfants d’un nouveau type sont en train de naître. Ce sont des humains différents, bien que rien ne le laisse supposer. Je suis seulement l’un d’eux, un des premiers.
L’humanité est en train de changer. La connexion avec le monde spirituel est plus ouverte.
Tous les enfants peuvent à présent se maintenir unis à cette source spirituelle, à leur essence.
Les bébés pleurent parce que vivre sur cette planète est très difficile. Un bébé essaie de s’exprimer par voie télépathique, mais cela ne fonctionne pas parce que tout est beaucoup trop dense ici-bas. Il voit tout, le mauvais et le bon, le vrai et le faux. Dans d’autres planètes, on voit ce que l’on veut. « Voir » est une façon de parler, vu que les yeux physiques n’existent pas : l’être se concentre sur ce qui l’intéresse et il peut s’arrêter quand il le désire.
Le nouveau-né est terrorisé par son emprisonnement dans la réalité physique. Il regrette l’unité essentielle d’où il vient, si bien qu’il s’unit rapidement aux personnes qui s’occupent de lui. Il transfère le rapport qu’il avait avec l’Etre Suprême à ses parents. Dans le cas où
ceux-ci croient seulement au monde matériel, ils vont l’emprisonner chaque fois davantage dans le plan physique. En lui apprenant à parler, ils limitent sa pensée. En grandissant, les enfants vont perdre la connexion avec leur origine.
Pour aider les petits, il faut aider les grands. Si les parents sont ouverts, ils vont s’occuper de leurs enfants sans leur imposer leurs propres idées, leur vision du monde ; le principal est de leur donner de l’espace, de leur donner du temps, de les laisser penser, de les laisser s’exprimer. Il est important de leur parler de Dieu, mais en les laissant libres de trouver leur vérité.
Le cerveau humain est comme un ordinateur, mais ce dernier à une mémoire limitée, reflet du cerveau physique. En revanche, l’esprit est le reflet de l’Esprit Divin, qui est infini.
Les humains apprennent à utiliser un seul point de vue : le quotidien qui sert pour le physique et pour vivre en société. Les enfants, en jouant, pratiquent cette réalité. Rester ouvert, c’est permettre d’autres points de vue. Par exemple, le point de vue Extérieur consiste à « voir » de l’extérieur de la Terre, et plus encore de l’extérieur de la partie manifestée de l’Univers. Le point de vue Central consiste à « voir » depuis le noyau interne de son être
propre, et voir le noyau des autres êtres.
On ne fait pratiquer aux enfants que le point de vue Quotidien. De cette façon, ils limitent l’usage de leurs ondes mentales et apprennent à se concentrer sur le plan physique. C’est comme utiliser à peine une toute petite partie d’un ordinateur. Une fois qu’ils sont programmés de cette façon, il leur est très difficile de se rouvrir, ils peuvent se tromper. Ilfaut beaucoup de patience ensuite pour rétablir le contact spirituel.

La plupart des êtres humains vivent toute leur existence en oubliant la totalité à laquelle ils appartiennent. Ils n’ont conscience de l’unité supérieure que quand ils sont bébés, et parfois la récupèrent un peu avant de mourir. Ils cherchent le bonheur à l’extérieur parce
qu’ils l’ont perdu à l’intérieur. Ils souffrent à cause de leurs désirs et aussi à cause de leur dépendance envers d’autres êtres humains.
Un enfant nouveau sait qu’il est une partie du Tout. Si on essaie de lui enseigner l’idée de « mien » ou « à moi », il ne comprend pas ; il ne peut dissocier le « mien » du Tout et croit alors que tout lui appartient. Il faut le laisser partager. Il y a un seul Moi pour le Tout, bien que Moi Individuel soit d’une variété infinie.
Flavio   »

Extrait de « je viens du soleil »  de Flavio Cabobianco

Whaou ! vous n’imaginez pas à quel point ce livre me parle ! Cet extrait est juste le prologue du livre, si vous lisez la section qui suis-je de ce site. Je parle de mon arrivée sur terre, où je me suis retrouvée dans le corps d’un bébé. Croyez moi, moi aussi je m’en souviens très bien ! je me souviens de cette énorme frustration de ne pouvoir ni parler, ni marcher, ni m’exprimer d’aucune façon et pourtant je comprennais tout !
Et même pire, car un bébé est tout à la fois dans ce corps mais avec sa conscience d’âme adulte je dirais  dans le sens qu’il comprend parfaitement le language humain, mais comme il est toujours connecté au tout, il a une connaissance acrue des choses en ressentant les émotions des gens qui l’entourent en étant totalement connecté à eux , ais aussi en lisant dans leur pensée comme une forme de télépathie.
Donc il comprend non seulement ce qui ce dit, mais aussi le langage non verbal et émotionnel.
Mais il ne peut s’exprimer, ce qui explique pourquoi un bébé pleure « sans raison » ou babille. En réalité il exprime son point de vue ou sa frustration.

Je me souviens aussi que par chance je dormais beaucoup car le sommeil est un refuge où nous retournons d’où nous venons en nous reconnectant à notre âme. Ce qui fait que cela allège la transition et la frustration de se retrouver coinsé dans ce corps minuscule. Comme vous le verrez dans l’extrait ci- dessous  Flavio avait du mal à manger. Tout comme moi !
Jusqu’à un âge relativement avancé  je n’éprouvais absolument pas l’envie de manger car je ne ressentais pas du tout la faim. Probablement que je me nourrissais du prana, car au final je n’étais pas chétive. Au départ je refusais le lait maternelle,  je trouvais cela vraiment pas bon !  je crois que ma mère a fini par ne plus me donner le sein mais le biberon, mais avait bien du mal à me le faire avaler.  Je faisais semblant de dormir pour ne pas le manger ! Croyez le ou non mais je m’en souviens parfaitement !

Plus tard je ne mangeais pratiquement que de la sole et de la floraline ! mes parents et grand parent avait un mal fou a me faire manger autre chose et déjà le peu que je mangeais je me forçais pour le faire.  Quand d’autres enfants se jettent sur les bonbons, gâteaux, chocolat, soda… moi je n’aimais rien de tout cela !
Au final ce n’est que parce que ma grand mère n’arrêtait pas de répéter ‘ »elle ne mange rien cette pauvre petite » que ma mère a fini par convaincre un médecin que j’étais trop maigre  et qu’il  m’a donné une série de piqûres . Je devais être déjà grande car j’allais déjà à l’école en primaire.  Suite à ces piqûres je me suis mise à manger « normalement » …

Pour en revenir à ce livre,  Flavio  qui est argentin, à commencé a parler de sa vision de l’univers, de ses vies antérieures, des lois universelles etc… à partir de l’âge de 5 ans. Par chance ses parents très ouverts et spirituels ont gardé ses dessins , et ont pris des notes de tout ce que l’enfant disait sur ce thème plus tard l’enfant a écrit ses propres textes.  C’est comme cela qu’est né ce livre qui a été traduit en plusieurs langue dont le français.

 

… « Quand j’ai commencé à utiliser mon propre mental, la réalité terrestre m’a paru très difficile. Me servir de mon corps, et par-dessus tout manger, me coûtaient beaucoup. Manger est une manière très indirecte de prendre l’énergie dont on a besoin, et je ne pouvais m’y habituer. Le jour, j’étais fatigué ; la nuit, je voyageais sur d’autres planètes. Mon travail pendant que je dormais était d’être un « informateur ». Je transmettais à des êtres d’autres mondes, par télépathie, des renseignements sur la Terre. Tout leur paraissait très étonnant.
Je savais que j’avais à me trouver ici, mais ça m’était très difficile et je me sentais très seul. Mon frère grandissait et commençait à se fermer un peu au spirituel.
A 5 ans, j’ai fait la connaissance d’une Brésilienne qui travaillait à enseigner des choses spirituelles. Ce fut une rencontre importante, parce qu’elle avait la même mission que moi.
Elle me raconta que, quand elle était enfant, elle avait aussi beaucoup souffert d’être incarnée, et elle m’expliqua que je devais prendre une décision. Elle me dit que mon corps était l’instrument pour remplir ma tâche sur la Terre, que je devais apprendre à m’en servir et à m’alimenter avec l’énergie prise dans le plan physique. C’étaient des choses que je savais, mais ça me fit du bien de les entendre.
Par la suite, j’ai rencontré d’autres personnes qui sont aussi venues faire le même travail.
Notre mission est d’aider au changement. La Terre est en train de commencer à être moins physique, plus spirituelle. Certains disent que je vais me fermer au spirituel quand je serai plus grand, mais je ne le crois pas. Je sais que je ne peux rien oublier de ce qui est mon
essence.
Flavio, 9 ans  »

« Papa – Il y a une ancienne légende qui dit que tous les enfants, avant de naître, sont en contact avec les vérités de Dieu. Mais, au moment de la naissance, un ange leur donne un baiser sur les lèvres et leur scelle la bouche. C’est l’ange de l’oubli. C’est pour cela que les
hommes ont besoin de tout apprendre ; ils ne se souviennent de rien.
Flavio – Oui, c’est ainsi. Mais moi j’étais au courant, et quand l’ange est arrivé, je me suis dérobé, et c’est à peine s’il m’a touché. C’est pour ça que je me souviens. C’est très triste d’oublier.
Maintenant, de plus en plus d’enfants vont naître avec le souvenir de Dieu. Mais le plus difficile est moins de se souvenir que de traduire ce que l’on sait en paroles.
Flavio, 5 ans »