LES PREMIERES CIVILISATIONS HUMAINES

A une époque très lointaine se situant entre le commencement de l’univers et la
première glaciation de la terre, les civilisations humaines disséminées dans les multiples univers cosmiques, étaient scientifiquement très évoluées.
Elles avaient 7 000 ans d’avance sur la science de l’homme de 1980. Elles avaient
acquis cette évolution scientifique dans le plus profond respect de la nature et dans la
sagesse, sans laquelle il n’est point d’évolution possible.
En ce temps là, ces civilisations connaissaient la jeunesse permanente et une très grande longévité, par la régénération cellulaire spontanée.

Ces hommes savaient créer de la matière inerte et de la matière vivante, grâce à la découverte d’énergies naturelles colossales.
Ils agrandirent leur civilisation en collaboration étroite avec la nature et développèrent leurs sciences avec amour vers l’avenir de leur race prodigieusement puissante.


Ils connaissaient et avaient la maîtrise parfaite de la gravitation et de l’antigravitation. Ceci leur permit d’effectuer les voyages cosmiques, de découvrir d’autres galaxies, de rencontrer d’autres mondes, d’autres civilisations.


Ils connaissaient les principes de la lévitation par concentration et projection des ondes électrostatiques et magnétiques des planètes. Cela leur permettait ainsi d’effectuer, sans aucune difficulté, toutes les manutentions. L’homme de 1980 serait étonné de voir la
facilité avec laquelle ils soulevaient des blocs de pierre, de trente mètres de long, vingt mètres de large, dix mètres d’épaisseur. Ils soulevaient ces blocs à plus de deux cents mètres d’altitude. La commande de ces manipulations se faisait par l’intermédiaire d’un
seul homme, au moyen d’un petit appareil électronique très spécial, de la dimension d’un téléphone de bureau. Ils accomplissaient des prouesses dans la précision extrême obtenue au niveau des assemblages de tels blocs.

Ils avaient la maîtrise des ondes vibratoires, avec lesquelles ils effectuaient tous les travaux pénibles et salissants, ainsi que dangereux pour l’homme et tout ce qui vit.


Ces hommes voyageaient dans l’espace-temps, aux vitesses « zéro moins X » et «Trois cent mille plus X ».

La « Télévision » était très perfectionnée. Le téléspectateur vivait au milieu du programme de son choix. Les programmes télévisés étaient en RELIEFS COULEURS TRIDIMENSIONNELS, MULTI-SENSITIFS ET MULTIPHONIQUES. La perception des programmes se faisait par un effet électromagnétique, agissant au niveau du cortex cérébral.

 extrait de « les extraterrestres m’ont dit.. » de Pierre Monnet