Archives de tags | les 5 clefs de la resistance

Qu’est-ce qu’une banque ?

Lorsque vous avez besoin d’argent, vous allez voir une banque. Parce que vous imaginez qu’elle en a.
Ce n’est pas le cas. Au contraire, elle en manque beaucoup plus que vous. Elle est beaucoup plus endettée que vous.

Elle en manque parce que des milliers de personnes lui ont confié de l’argent mais s’ils voulaient le récupérer, ils ne le pourraient pas. Tous ensemble s’entend.
Or, c’est à elle que vous allez en demander !

Et chaque fois, elle prétend vous en prêter et exige de vous que vous le remboursiez.
Elle ne pouvait pas vous en prêter, elle n’en avait pas. Elle vous a fait croire qu’elle le faisait, pour vous obliger à rembourser.

Vous, quand vous remboursez, vous ne faites pas semblant. Vous travaillez et créez des richesses pour cela, dont vous êtes ponctionné. Pour de vrai. La banque a donc réussi ce tour de passe-passe de se voir transférer votre argent, alors qu’elle n’a aucun droit sur vous. Elle n’avait rien à vous prêter et ne vous a rien prêté. Elle s’est contentée de vous faire signer un papier reconnaissant que vous lui deviez telle somme. Ensuite, avec ce papier ou l’équivalent, vous avez fait des achats. Les commerçants ont cru que vous leur donniez de l’argent. Il n’y avait rien. C’était de la fausse monnaie, et la meilleure preuve est que si vous vouliez utiliser cette prétendue dette en faisant un chèque d’une autre banque, cela serait refusé.

Seule la banque qui vous a fait signer ce papier scandaleux, est en mesure de rendre des comptes aux commerçants en question lorsqu’ils lui présentent ce faux argent. Que fait-elle ?
Que voulez-vous qu’elle fasse ? Elle n’a toujours pas un sou. Elle va refaire de la fausse monnaie pour que ce commerçant croie qu’il a reçu de l’argent.
Et il va le croire, comme tout le monde le croit.
En fin de compte, vous avez donné votre vrai travail contre de la fausse monnaie, et le commerçant a donné de vraies marchandises, également contre de la fausse monnaie. Tout le monde s’est fait avoir, sauf la banque.

Évidemment, tout le monde est aussi complice car vous y trouvez votre compte : vous achetez, et le commerçant peut aussi acheter. Finalement, ce système fiduciaire de création monétaire vous paraît bon.
Il vous paraît bon parce que l’économie tourne, mais il n’en reste pas moins que vous vous retrouvez endetté vis à vis d’une administration qui n’a jamais eu d’argent à vous prêter et qui ne vous en a pas prêté.

Ne culpabilisez pas, en réalité, vous ne lui deviez strictement rien. Est-ce que je vais venir vous voir en vous disant : « vous me devez cent francs », alors que je n’ai pas un sou et que je ne vous prête rien, simplement parce que j’arrive à vous convaincre que vous pouvez, dorénavant, dépenser 100 F à condition de m’en donner 200 en dix mensualités ?
Vous me prendriez pour un escroc et vous auriez raison. Même si d’autres se font avoir aussi et acceptent que vous partiez avec leur marchandise contre un autre papier signé ALORS QUE VOTRE VÉRITABLE ARGENT, C’EST À LA BANQUE (ou à l’escroc) QUE VOUS LE DONNEZ !

Continuer la lecture

Il est urgent de vous réconcilier avec votre pouvoir

Mettre en place les outils de la prospérité au profit de la liberté au lieu du transfert des richesses au compte des multinationales.


Il est grand temps que les moyens financiers soient transférés de ceux qui exploitent la planète vers ceux qui la défendent. En général, les personnes impliquées dans l’humanitaire, les médecines naturelles ou l’écologie, n’ont pas un sou. Ils se font manger la laine sur le dos par ceux qui, pour leurs plus grands profits, détruisent la Terre et empoisonnent nos vies. Apparemment, pour beaucoup d’entre nous, cela n’a pas assez duré.

On trouve généralement normal de continuer de les entretenir dans leur politique de mort, et de n’avoir pas les moyens de faire le bien autour de nous.
On les entretient chaque fois qu’on achète leurs produits, qu’on met son argent en banque, ou qu’on vote pour des gens qui ne sont pas nos représentants mais les leurs.

Il y a là quelque chose de vraiment pathologique puisque nous agissons à l’encontre direct de ce qui nous anime au fond de nous. L’humanité schizophrène (car tout le monde veut le bien, l’amour, et la sauvegarde de la nature), construit méthodiquement son propre malheur, jour après jour, avec son caddy bourré des armes qui tuent ses enfants, et devant sa télé qui le bombarde de programmations esclavagistes.

Il y a des maladies sociales, des « socioses », mais pour les traiter, il faut que chacun prenne conscience de ses propres maladies émotionnelles, savamment entretenues pour aboutir au résultat voulu. Car il ne faut surtout pas culpabiliser. Vous n’y êtes pas pour grand chose (consciemment) : tout est organisé pour que vous vous laissiez prendre au piège sans même avoir conscience du piège.

Par exemple, on fait en sorte que vous détestiez l’argent. Vous ne vous en rendez même pas compte, mais les religions et les politiques ont travaillé à cela depuis des centaines d’années, de façon que vous  laissiez les riches se « salir les mains ».
Des millions de personnes sont tuées chaque année par le sucre blanc, et d’autres millions par les produits laitiers, le tabac etc.
est ce que ce sont les responsables qu’on montre du doigt et qu’on accuse de crime contre l’humanité ? Non, c’est le boulanger du coin quand il tente de se défendre contre la grande surface, ou le médecin qui fabrique ses propres médicaments avec des plantes.

Il faut prendre conscience des manipulations et des leviers émotionnels psychopathologiques entretenus chez chacun d’entre nous par ceux qui veulent nous faire agir selon leurs intérêts.

Continuer la lecture